Vietnam Nord

Album Photo Vietnam

En entrant au Vietnam, j'étais très content de constater que leur alphabet est le même que le nôtre. Trouver un café Internet, un hôtel ou autre est beaucoup plus difficile avec des sigles chinois impossibles à mémoriser.

Le nord-ouest du Vietnam est une région de collines, jolies, pas très hautes, mais raides. Je passe par de petits villages sympas, où des drapeaux vietnamiens sont accrochés à chaque maison.



Mais cette route est de mauvaise qualité, je perds du temps, et comme je dois retrouver Sonja je rejoins la route principale.

Je croise très peu de voitures, quelques bus, des camions, et pas mal de scooters. Comme en Chine, ils klaxonnent avant et dans les virages, lorsqu'ils doublent, qu'ils croisent un véhicule, tout le long des zones habitées, etc. même lorsque les scoots me doublent et que nous avons deux voies à nous tout seuls, ils me klaxonnent... Comme si avec tout le bruit qu'ils font je ne savais pas depuis déjà une demi-heure qu'ils allaient me doubler...

Ici les gens se déplacent donc principalement en scoot, et ils se débrouillent pour tout transporter sans coffre, leurs chargements sont incroyables... Un jour, j'en ai même croisé un avec un chargement de 10 cochons !


Mais très bon point pour les Vietnamiens : c'est le premier pays où je vois tous les deux-roues porter un casque.

Le lendemain je poursuis mon chemin, le frein arrière ne fonctionnant pas très bien je le démonte en attendant de le réparer à la pause-déjeuner. Mais dans un virage en descente, recouvert de boue, je glisse et je casse une sacoche... Au cours des deux dernières semaines en Chine, j'avais déjà cassé mon porte-bagages, la réparation effectuée sur le porte-bagages, tordu ma fourche, cassé mes lunettes, crevé à deux reprises... argh ! Je crois que ça suffit maintenant...

J'atteins Hanoï et j'y retrouve Sonja. Nous passons un mois ensemble à visiter le Vietnam de manière plus traditionnelle. Mon coup de cœur de cette parenthèse dans mon voyage est pour Hoian. C'est une petite ville toute calme, avec des maisons très colorées, très belles. J'aime bien me balader dans ses ruelles, son marché est très sympa, et elle est en bord de mer. Je l'ai trouvée très agréable, très complète.


De retour à Hanoï, Sonja s'envole et je reprends ma route. Je passe par de petits chemins à travers la campagne, la météo est idéale, les repas sont bons, pas de souci de vélo, la vie est belle !

Je passe une journée à contourner des pics rocheux recouverts de végétation. Le décor est unique.


Le jour suivant je m'arrête sur un marché pour acheter quelques légumes, je m'approche d'un étalage avec des "légumes" jaunes que je ne connais pas... mais ce sont en fait des vers à soie qui remuent encore ! On me propose d'en goûter, mais malgré mon attrait pour tout ce que je ne connais pas, mon blocage psychologique est trop fort...


Cette même journée une poule sur le bord de la route s'effraie à mon passage. Pour essayer de m'échapper elle a la merveilleuse idée de me couper la route, et je l'écrase.


Le soir je campe sur le bord d'un lac avec un beau panorama.


Les jours suivants je traverse des collines très boisées, des rizières. Les paysages sont toujours très beaux. La route est d'excellente qualité, presque déserte, la météo est toujours parfaite, je me régale !


Ici les enfants vont à l'école à vélo, et quatre fois par jour je croise des files d'écoliers en uniformes sur leurs bicyclettes.

(photo prise au Laos)

En tant que cycliste je suis naturellement anti-fumeur, mais je dois tout de même admettre que leurs pipes locales ont un certain style.


Le chemin se poursuit ainsi dans les meilleures conditions jusqu'à la frontière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire