Serbie

Infos :
Journées : 3
Journées pédalées : 1
Km : 50
Nuits : 3x hôtel

Album photo Serbie

Au final je n’aurais pas beaucoup pédalé en Serbie. Le premier jour le vent soufflait avec une force incroyable. À plusieurs reprises j’ai été déporté à 1m de la chaussée, et je roulais entre 5 et 10km/h sur du plat (d’habitude je roule à cette vitesse lorsque la route grimpe fort). Les Serbes ralentissent lorsqu’ils me doublent pour me prendre en photo ou en vidéo. Je dois passer pour un fou ! A la mi-journée je traverse la dernière ville avec hôtel avant Belgrade. Comme il est impossible de planter la tente dans ces conditions, je prends le train pour la capitale. Et j’y reste finalement bloqué les deux jours suivants car la neige tombe en continu… Ce serait trop éprouvant et dangereux de m’aventurer sur les routes avec ce temps. J’en profite donc pour me balader dans les rues et aller chez le coiffeur. Petit problème de communication avec celui-ci, je ne sais malheureusement pas lui expliquer en serbe qu’il doit continuer à couper pour dégager les oreilles et la nuque, mais surtout qu’il arrête de raccourcir ! Je ressors donc avec une coupe qui ne correspondait pas franchement à ce que j’attendais…



Je rencontre deux jeunes qui me proposent d’aller boire un verre. On passe un bon moment ensemble, on discute de la Serbie. Ils ne sont pas très heureux des perspectives que la vie leur offre ici. Pas de travail, humeur morose...


Pour compenser le retard accumulé à cause de la météo (j’ai toujours un rendez-vous à Istanbul le 08 avril), je prends à nouveau le train. Je m’installe dans un compartiment où une seule personne parle anglais. il fait donc la traduction entre les autres et moi, l’échange est sympa. Un peu plus tard je suis entouré par une famille de témoins de Jéhovah, dont la grand-mère parle allemand. J’ai donc droit au récit de la genèse et de la tour de Babel avec interprétation, ainsi qu’à l’explication théologique de la cause des maladies du corps humain. Le tout en allemand avec fort accent serbe…

Et pendant ce temps, les paysages defilent.



 Petite déception donc de ne pas avoir pu rouler davantage en Serbie à cause de la météo, mais le temps passé à Belgrade a été utile pour régler tout un tas de choses, et pour profiter de mon voyage différemment.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire